Le matériel du parfait glaciairiste (ou l'equipement en Cascade de Glace)

Par Claude CANALS, du Bulletin Montagnard d'mars 2000

A mettre dans le sac à dos :

  • 1 marteau-piolet et 1 piolet traction + 1 lame de secours et clé de service.
  • 1 paire de crampons (spécifique "glace") avec antibote
  • 1 casque de montagne
  • 1 équipement vestimentaire approprié (multicouche, sous-vêtement thermique, etc....)
  • 2 paires de gants, voire 3. (toujours une paire au chaud pour l'onglet, ou le très froid..)
  • 1 baudrier réglable aux cuisses et à la taille,
  • 1 corde de rappel de 90 ou 100 mètres en 8,2mm - Spécif. 1/2
  • 1 huit, mousqueton à vis pour le 8, une vache en corde de 8,5mm et son mousqueton à vis,
  • 1 anneau de cordelette pour autobloquant, diamètre 0,5
  • 1 frontale (avec bonne pile), 1 ARVA, 1 pelle, 1 sonde.

    Matériel collectif pour la cordée :

  • 10 broches tubulaires à visser, longueur 180mm. Pas de 6 ou 7.
  • 2 broches tubulaires à visser, longueur 90 à 120 mm (pour glace fine, peu épaisse ou pour faire un renvoi). 10 dégaines pour équiper les broches,
  • 2 ou 3 dégaines "explose" (pour les départs au-dessus des relais ou pour les petites broches, glace foireuse ou petits friends, points sensibles).
  • 2 ou 3 pitons variés,
  • 2 ou 3 coinceurs,
  • 2 ou 3 friends (n° 1, 1 1/2, 3)
  • 4 ou 5 anneaux de sangle ; assez longs pour confectionner un relais, ou ceinturer les colonnes de glace. 10 mètres de corde en 8 ou 9 mm pour confectionner des anneaux de corde, pour réchappe éventuelle, ou pour du secours.

Quelques trucs : 1 crochet à lunule - cordelette ou sangle - 1 poignée jumard pour remonter sur une corde gelée ou pour un moufflage.
Trousse de réparation : fil de fer, pince, clé, tournevis pour bidouiller les crabes ou les pioches,
Enfin : trousse à pharmacie "complète"!!!. Appareil photos pour les souvenirs.
Encore quelques petits conseils et petits trucs à connaftre :

  • Pour une descente simple en rappel, le premier à passer nettoie la descente, casse les stalactites et faire le ménage en faisant attention qu'il n'y ait personne dessous. Ainsi, arrivé au relais, il est sùr de ne rien prendre sur la tête, ou presque.
  • Dès que la distance entre 2 broches dépasse 5 à 6 mètres, il faut s'obliger à brocher, même si l'escalade est facile, risques objectifs : glaçons, pierres, éléphants !!!
  • Sans facteur 2 : arrivé à l'endroit du relais, je place ma broche, monte 2 mètres au-dessus, et reviens au point de ma première broche où je termine mon relais. Ainsi je peux repartir en toute sécurité et évite ainsi le facteur 2. (Ceci est valable bien sùr en montagne ou en grandes voies).
  • Renoncer à une cascade, c'est pas grave. Condition météo risque d'avalanche ; étudier les topos de proximité, il y a toujours quelque chose à faire sur un autre versant, ou une cascade plus facile, et travailler le brochage, le cramponnage, le jeté, le tracté sur colonne sans piolet.
  • Essayer de regarder l'état de la cascade, glace bleue homogène : beaucoup d'eau, béton ; glace blanche (glace qui a pris le soleil, qui a travaillé, mais qui est grimpable). Glace grise (le rocher n'est pas loin, glace fine), ou du rocher dans une partie goulotte, pitonnage et conséquences. Repérer les signes qui peuvent faire d'une voie facile, une galère.
  • Prenez la bonne corde, il faut une corde de rappel à double (Symbole 1/2) et de diamètre 8,2 à 9 maximum. Le Symbole 1/2 permet de mousquetonner la corde un brin sur deux, repère sur la corde aux extrémités (marque, longueur, n° C.E et symbole). Meilleur dynamique lors d'une chute, absorption de force de choc plus élevée.
  • L'assurance du premier peut se faire avec le huit, ou le demi-cabestan, alors que l'assurance du second peut se faire à la plaquette et aussi au demi-cabestan. Rappel : il ne faut jamais placer l'assurance du premier directement sur le relais, car le risque d'arracher un amarrage est alors plus important et puis, est beaucoup moins confortable qu'au baudrier.
  • Vérifier toujours les relais que vous trouvez, ceci est valable aussi pour les voies montagne-rocher, retàper les clous, changer le "couplage", changer le piton s'il le faut, n'hesitez pas, c'est important!!
  • Le relais multidirectionnel, avec le noeud de huit en point central, permet d'avoir un relais béton et surtout, si un point cède, le relais restera encore solide, sans force de choc importante. Utiliser le plus possible les mouquetons à vis et de la corde dynamique.
  • Solide, mais de combien (glace homogène, de bonne qualité):
    • broche tire-bouchon (en voie de disparition): 200 Kg 
    • broche à épine (en voie de disparition): 400 à 500 Kg 
    • piolet (lame plantée au maximum): 300 Kg 
    • broche tubulaire à frapper: 1 000 à 1 400 Kg
    • broche tubulaire à visser: 1 200 à 2 000 Kg
    • abalakov, lunule : 1 200 à 2 400 Kg