"Rafraichissment.." Hiver 1999/2000
2ème Stage "CASCADE de GLACE" (résumé)

Par Claude CANALS, du Bulletin Montagnard de octobre 2000

Nous sommes le 05 Février, il fait doux, très doux, mais il reste encore quelques cascades à se mettre sous les crampons.

Nous voilà repartis pour le second week-end glace, cette fois nous sommes plus nombreux, car ERIC nous a rejoint pour l'encadrement. Les 9 "glascadeurs" vont rejoindre le secteur (6 stagiaires et 3 monos). Partis comme dab' le vendredi soir, nous faisons la pose casse-croûte au flunch de C..., histoire de se taper l'andouillette-frites habituelle avant de monter aux Filons. C'est alors qu'arrive le drame !

L'andouillette n'est pas très très bonne, les frites pas cuites, sacrilège, et le ketchup n'arrange pas l'affaire. Nous sommes déçus, avant c'était vraiment bon, mais là, pas bon ta cuisine, Monsieur Flunch. Enfin, nous revoilà sur la route et montons vers Ornon ; il est bientôt 23 h il faut encore régler les "crabes" et "pioches" pour chacun afin d'éviter une perte de temps le lendemain matin et partir au plus vite sur le site.

Les infos recueillies au gîte sur les conditions ne nous comblent pas de joie, il a fait très chaud ! Après quelques longues minutes de discussion, nous décidons d'aller au "Rochail" secteur sympa, pas trop couru, peinard quoi ! Il devrait y avoir assez de glace, vu son exposition et son altitude.

Samedi 6h30. Tout le monde debout, prêt à manger des longueurs ! Mais avant, petit déj. pour Eric, Fred, Christophe, Sébastien, Franck, Laurent, Arnaud & Joël.

8 heures sur le site. Secteur vacant, qui a pris un sérieux coup de chaud, mais une énorme cascade s'est formée là où d'habitude il n'y a rien. Voilà encore une affaire qui nous confirme que les cascades se forment là où elles veulent et quand elles veulent, car ici avant, jamais de mémoire de locaux il n'y eu de cascade (nota : de locaux "glaciairistes"... )

Nous sommes surpris de voir les deux premiers ressorts en glace bleue, dont le deuxième à l'air raide. Déja dans la tête nous nous disons que c'est peut-être une première ! Suspense. Nous partons 3 dans cette cascade avec Christophe Santos et Sébastien, tandis que Fred et Eric vont en fond de vallon, là où il y a un cirque sympa, de difficultés variées, pour initiation cool. Pendant la marche d'approche pour aller au pied de la cascade, nous revoyons nos 6 copains revenir sur leurs pas, le site a fondu comme neige au ...  ! Désolé les amis, je ne pense pas que ... mais euh ... bon !

Ils descendront au fond du Rochail pour trouver de quoi grimper. Pour notre histoire de cascade, passé cette deuxième longueur raide (4+) nous sortirons la cascade en 5 longueurs. Pas de trace de relais, ni de passage, elle sera baptisée "sous les cocotiers" 180m III/IV+ pour être précis.

Nous nous retrouvons tous sur le GR en fin d'après midi, tout le monde a grimpé en se faisant plaisir, en tête ou en second de cordée.

Et nous rentrons au gîte chez Jean-René, boire une bonne bouteille (d'eau du pays) faire un petit compte rendu de la journée et prendre un bon repas "marie-odilien" arrosé d'un ou de plusieurs je ne m'en souviens plus bien) Merlot en carafe (liquide rouge, titrant 12,5%)

Et certains yeux commencent à se fermer, alors les couettes recouvrent petit à petit nos glascadeurs tandis que les plus valeureux (ou les moins fatigués) discutent, font des projets, se racontent de petites histoires et préparent la sortie du lendemain. Dans quel secteur allons-nous grimper ? Nous irons à la "Rayat", site bien connu des cafistes valentinois, où nous avons réalisé quelques premières du temps où nous prenions les guides Jean René et Paulo, nos maîtres spirituels. C'est un secteur qui reste froid et évolue très tard dans la saison.

Dimanche, nous partons tôt car il y a 1h30 de marche d'approche et cela nous réchauffe. Arrivés dans le cirque, toutes les lignes sont formées, même mieux car nous devinons avec Fred des choses nouvelles dans le secteur. Nous sommes encore trop loin pour savoir si le free standing est grimpable (stalactite qui touche le sol, sans toucher le rocher sur son pourtour). Notre foulée s'accélère, jusqu'à voir totalement le monstre. Aux jumelles, cela paraît hyper stalactité, creux, raide (évidemment c'est une stalactite), mais bon, notre envie d'aller voir de plus près prend le dessus et puis nous verrons bien au pied.

Nous faisons les cordées, Fred avec Arnaud, Franck et Claude dans le monstre, Eric avec Sébastien, Laurent et Christophe partent tous les quatre dans "la Cordéeé. Arrivés au pied du bazar je tire une première longueur facile oui débroche sur un socle, afin de voir de plus près la bête. Ca à l'air bon !!! creux, hyper creux, ça coule de la flotte, enfin le truc de fou !!

Tout le monde grimpe à la vire pour mieux voir. Avec Fred nous décidons qu'il faut essayer.

Fred passe devant, fait le nettoyage pendant un bon moment, les stalactites tombent, il fait sa place dans le cigare, cela forme un dièdre de glace, coincement d'épaule, solde avec des crabes, crochetage dans des trous translucides, (pas beaucoup de glace), la locomotive s'est bien mise en route (le souffle aide à se concentrer). Tchou ! Tchou ! au pied ça ne rigole pas, nous entendons quelques déclenchements d'appareil photo (pour la photothèque !) puis après une heure de bagarre le Fred sort la longueur et nous crie "relais" !! Soulagement pour tous, ça a l'air dur.

Arnaud répète la longueur, je pars après lui encordé avec Franck qui récupère le motos. Superbe longueur, raide, technique, un peu martienne. Bravo Fred pour la première. Nous suivrons Franck et Arnaud dans les 2ème et 3ème longueurs, moins raides, puis redescendrons au pied. Quant aux autres, ils entament la descente en rappel dans "La Cordée" pour nous rejoindre. Là aussi, nous sommes sûrs que cette cascade que nous venons de grimper n'a jamais été réalisée, alors nous l'appellerons "Merlot l'Enchanteur", 30 mètres lll/V+, première longueur qui permet de rejoindre une vire, qui reçoit trois lignes de glace, dont deux ouverts par notre club lors d'un stage en 1992/1993.

Voici un week-end bien rempli, nous sommes contents d'avoir partagés ces journées et vous donnons rendez-vous l'hiver prochain pour d'autres cascades.