Week-end "Ecole de Neige" de 17 et 18 Juin

Par Claude CANALS, du Bulletin Montagnard de octobre 2000

Petit résumé d'un stage organisé par les bénévoles de votre club. Son but : transmettre aux nouveaux les connaissances et les bases nécessaires pour être, dans un premier temps, autonome en second de cordée.

Pour cela, chaque début de saison depuis quelques années, nous avons mis en place un certain nombre de W.E. de formation d'alpinisme avec l'aide d'un guide de haute montagne Jean René Minelli qui suit de près le club de Valence.

Donc, Refuge de l'ETENDARD, 2430m, point de chute du week-end.

Samedi 17 Juin : la journée débute par un briefing sur le parking du col de la Croix de Fer. Jean René nous expose le déroulement du week-end. Sur ses conseils avisés, le matériel disponible (individuel et collectif) est mis en commun afin d'équiper correctement les 5 futures cordées de 3 personnes. Les sacs à dos enfin refaits, nous montons au refuge tranquillement tout en faisant connaissance. Le casse-croûte avalé sur la terrasse du refuge, les choses sérieuses vont commencer.

Pour la théorie, nous nous installerons confortablement au bord du Lac Bramant où flottent encore des gros blocs de glace. Nous commençons par apprendre :

  • les différents types de cordes (blanches ou colorées) de sangles, et à quoi elles servent,
  • la résistance des matériaux et du matériel de protection,
  • les nombreux moyens de se protéger en neige ou en rocher, avec anneaux, pitons, friends, coinceurs, corps morts, comment les placer et les utiliser.

A la suite de ça, nous partons encordés dans la pente de neige, anneaux de buste faits et 2 ou 3 anneaux de corde à la main, crampons aux pattes.

Au premier virage, ça ce complique : le piolet ne se trouve plus au bon endroit, la corde est dans les pieds. Nous voilà dans le vif du sujet, nous allons gérer le problème et le résoudre pour les nouveaux et améliorer la technique pour les "confirmés". Arrivés en haut de la petite montagne, petit cours sur le corps mort ainsi que sur les ancrages en neige.

Ayant appris à enrayer une chute en montée, nous allons apprendre à stopper une glissage en descente. Comme à la montée, il faut aussi gérer la bonne longueur de corde, la position des pieds face à la pente, le piolet toujours en amont, le meilleur itinéraire. En cas de chute nous voyons très vite qu'il faut réagir dans les tous premiers mètres : éviter de prendre de la vitesse, ancrer le piolet au plus tôt, les pieds vers le bas si possible, pour simplifier la manoeuvre. Ne jamais oublier que nous sommes encordés et que le compagnon participe activement à la glissade. Quelques conseils : rester vigilant, être toujours dans un état de chute éventuelle pour ne pas être surpris, faire attention aux crampons dans les guêtres (glissade garantie).

Petit clin d'oeil, sans jeu de mots, à Michel, qui, lors d'une magnifique baroulade, se "péta" l'arcade d'un coup de pioche et là, ce n'était qu'un exercice. Après ce petit incident, vite réparé, nous rentrons au refuge les fesses humides, les gants itou, mais surtout moins "bêtes". Voilà, voilà ....

Dimanche 18 Juin : course d'application. L'objectif, mettre en pratique l'enseignement de la veille, dans les conditions d'une course de neige facile en haute montagne, corriger les défauts et bien assimiler les automatismes.

Nous faisons deux groupes, le premier avec Jean René, pour une course d'arêtes, mixte rocher/neige, et l'autre groupe pour une course en neige avec un petit couloir raide qui permettra de rejoindre l'autre groupe. Nous arrivons donc tous en haut de l'Aiguille Noire et continuons ensemble jusqu'à la cime de la Cochette à 3241m. Après un casse-croûte bien mérité, nous partons pour 700m de descente en neige qui vont nous permettre de nous perfectionner. La neige s'étant transformée, les crampons deviennent inutiles. La descente en piolet-ramasse est une succession de glissades plus ou moins bien maîtrisées et de chutes parfois évitées au dernier moment ! C'est aussi l'occasion de faire un peu de cartographie en choisissant le bon itinéraire.

Encore un week-end sympa avec de nouvelles têtes sympas qui ont appris quelques trucs à cultiver et à mettre en pratique dès que possible sur le terrain. Merci à Jean René et au co-encadrement.