Pourquoi faire de l'escalade ? (Point de vue personnel  !)

Par Jean-François ROUVEYRE, du Bulletin Montagnard de octobre 2000

Pour la plupart d'entre nous, l'été ayant bruni nos peaux et gonflé nos coeurs de bonnes résolutions. nous sommes à la recherche d'activités. Certaines totalement physiques usent vite notre volonté. D'autres plus contemplatives nous laissent insatisfaits.

Située exactement entre ces deux extrêmes, l'escalade est une activité physique et de réflexion. Elle impose la recherche d'une gestuelle et elle d'acquérir un peu plus de confiance en soi, elle ouvre une porte vers la sérénité face aux difficultés que l'on rencontre souvent aujourd'hui dans son quotidien.

Qu'importe le niveau que l'on puisse acquérir, le grimpeur trouve toujours une voie, un terrain d'aventure, où, à un certain moment, il faut faire abstraction de ses soucis, afin de se concentrer sur des gestes et des placements qui permettront de dominer une situation délicate. En osmose avec son compagnon de cordée, il réussira la plupart du temps à récrire les problèmes et, ainsi, à son niveau, quel que soit l'environnement, chacun dominera ses pulsions (peur, angoisse, etc...). Au fil des journées d'escalade, il s'armera inconsciemment d'une force morale, il durcira sa volonté.

Certains prétendent que l'Alpinisme est un sport philosopgique. Pour être plus prosaïque l'escalade fait du bien au corps et à l'esprit et, en plus, elle apprend à mieux connaître les autres, à accorder sa confiance, à partager. Elle fait voyager, découvrir des sites et des régions, des pays lointains.

Il n'y a pas d'âge1 pour s'investir ; le mercredi de 16h30 à 18h30 au mur d'escalade, les bambins découvrent cette agilité ludique mais qui les initie aux réflexes de la vie (vous êtes cordialement invité(es) à faire un crochet au mur du Polygone, les enfants seront ravis que vous les encouragiez).

Certains cafistes pratiquent une escalade de bon niveau (il y a même un moniteur d'état), mais ils savent s'investir dans la vie associative du club pour vous aider à acquérir l'autonomie. D'autres (dont je fais partie) pratiquent une escalade plus cyclique, plus modeste, plus loisir mais qui permet d'être autonome sur des "terrains variés".

Voyez-vous, vous serez toujours les bienvenues lors des journées organisées (et aux autres d'ailleurs) et je suis sûr qu'ayant acquis les gestes de base, vous regretterez de ne pas avoir "attaqué" plus tôt.

La grimpe, contrairement aux idées reçues, n'est pas un sport plus dangereux qu'un autre, si elle est pratiquée en respectant les règles alimentaires de sécurité. Cher(e)s ami(e)s nous vous attendons au pied des falaises, où vous trouverez j'en suis sûr une voie à vos chassons !

1 voir article sur "Mamie Tricot"