Stage jeune dans le Mercantour

Par Léa, du Bulletin Montagnard d'octobre 2002

Pour la troisième année consécutive, un stage multi-activités jeunes a été organisé par Patrick Vesco. Et cette année se fût dans le Mercantour. Huit jeunes participaient : Elsa, Oria, Rachel, Manuel, Benjamin, Johan, Jérémie, Jérémie, moi et trois gentils encadrants : Yves, Patrick et Christophe.

1er jour : départ de Beaumont à 6h30, tout le monde est là à part Yves et sa fille qui nous ont rejoint à Serre. Après 4h de route on s'est arrêté sur les bords du Verdon pour pique-niquer et on a roulé encore une heure avant d'arriver au camping. Le guide nous a donné notre premier breaffing pour dire se qu'il faut savoir sur le canyonning. On est parti du village de la Bollène-Vésubie pour faire le canyon de la Bollène. Ce premier canyon de la semaine était sympa. Le soir Christophe et sa famille sont arrivés pour manger les bonnes spaghettis préparées par amour par Benjamin. Petite discussion autour des tables et au dodo.

2ème jour : au programme grandes voies. Debout 7h45. Environ une heure de voiture et de marche pour arriver aux pieds des voies du petit Caire de la Madone. Nous étions séparés en deux groupes : Rachel, Elsa, Johan, Benjamin et Christophe pour une voie au Nord-Ouest difficile. Nous autres, nous avons pris une jolie voie au sud pas difficile et très agréable. Après une jolie descente en rappel, nous nous retrouvons tous ensemble pour le pique-nique.

3ème jour : même réveil que le jour précédent pour cette fois-ci faire le grand canyon de Bagnolar. Après s'être garer au-dessus du hameau de Farguet, nous entamions la marche une heure et demi pour arriver au départ du canyon. On a déjeuné, enfilé nos combinaisons et on est parti pour 5h de folie. Le début fût très agréable, un coin magnifique, c'était bien parti sauf que, arrivés au quart du canyon il n'y avait plus d'eau. Avouez qu'un canyon sans eau se n'est pas très amusant. L'opiniâtreté de nos organisateurs a pris le dessus, nous avons donc continué. On aurait pu faire pleins de sauts et de toboggans, mais à la place nous avons des rappels et nagés (car nous y étions obligés), dans des baignoires qui avaient stagné depuis assez longtemps. Arrivés en bas, gros rinçage des combines dans l'eau du torrent (plein !!) et de retour aux voitures direction le camping pour une bonne douche et se rassasier. Le soir nous avons dû commercer à préparer les affaires pour le lendemain (montée au refuge).

4ème jour : école d'escalade le matin et montée au refuge le soir.

Après avoir fini les derniers préparatifs sommes partis faire de l'escalade au-dessus de Boréon. Vers quatre heures, nous sommes redescendus aux voitures pour qu'elles nous conduisent au fond de la vallée du Boréon, où nous commençons alors la montée au refuge de Cougourde. Le paysage était magnifique. On a pris un bon repas, joué aux cartes et on est allé se coucher car le lendemain une grosse journée nous attendait.

5ème jour : levé 6h, départ 7h. Une heure de marche pour arriver au pied des voies du Caire de Cougourde . Il faisait très très froid. On s'est encore séparé en deux groupes, d'un côté Christophe, Rachel, et Elsa pour une voie où il y avait un 6c/A0 et les autres pour un 4sup maximum. Notre voie était très belle et pas du tout difficile, quant aux autre je crois qu'ils en ont un peu plus bavé. On s'est retrouvé au pied des voies là où on s'était laissé et on est redescendu. Petite pose au refuge pour récupérer les affaires et retour aux voitures. Arrivés à 7h, nous avons donc passé douze heures exactement dans les belles montagnes du Mercantour.

6ème et dernier jour : levé tôt pour ranger les affaires et partir pour un dernier canyon. On a garé les voitures au Suguet et on a marché pendant une demi heure. On a fait notre joli canyon d'une heure que l'on a terminé sous la pluie. De retour au camping on a mangé, plié les tentes et rangé toutes les affaires pour le départ.

Adieu ou plutôt au revoir le Mercantour et à bientôt.

Je remercie encore les organisateurs du CAF de nous proposer ces stages que je conseille d'ailleurs à tous les jeunes cafistes valentinois A l'année prochaine peut-être...