Des Mousquetons vérifiés et bien utilisés

Par Denis MANIOULOUX, du Bulletin Montagnard d'octobre 2002

Le mousqueton permet d'accrocher rapidement notre corde sur un ancrage (piton, spit...). Il est sollicité par notre poids lorsque l'on se suspend dessus ou, par un effort beaucoup plus important en cas de chute. C'est peut être l'élément le plus fiable de la chaîne d'assurance, mais encore faut-il qu'il soit en bon état et bien utilisé.

L'utilisation du mousqueeton

Un mousqueton doit toujours être utilisé de sorte à subir des efforts dans le sens de la longueur. Dans ce sens sa résistance est environ 2000 Kg1 (selon le type de mousqueton utilisé2) par contre dans le sens transversal, la résistance est de 700 Kg1 et lors d'une chute, on exerce vite un effort équivalent à 700 Kg3.

Cette différence est due au doigt du mousqueton qui crée une faiblesse dans le sens transversal.

Sous une forte charge (poids, effort…) le mousqueton se déforme, ne vous inquiétez pas, dès que la charge est supprimée la déformation disparaît (comme pour un élastique).

Mousqueton sous charge, le doigt est "tendu" par l'effort (matérialisé ici par les flèche) exercé par le corps du mousqueton.

Le doigt, lorsqu'il est fermé, limite cette déformation.

Si le doigt est ouvert la résistance du mousqueton chute à 700 kg2 dans le sens longitudinal

Pour vous en convaincre essayez de manœuvrer le doigt d'un mousqueton sous une forte charge. Vous constaterez qu'il est très difficile de l'ouvrir car il est mis sous tension par la déformation du mousqueton.

De ces caractéristiques découlent deux précautions élémentaires :

  • Lors de la pose d'une dégaine (mousqueton) il faut être certain que le doigt ne s'ouvrira pas suite à un appui contre le rocher ou un autre objet.
  • Il faut absolument proscrire les cas de figures ou le doigt du mousqueton encaisse directement l'effort. (Un piton, spit, huit…ou tout autre objet que nous utilisons pour grimper ne doit pas prendre appui sur le doigt du mousqueton).

Les flèches représentent les forces exercées par le "huit" sur le doigt du mousqueton

Exemple de mauvaise utilisation constaté sur le terrain en "falaise école" :

Un "huit" mis en appui sur la bague du doigt du mousqueton.

Sans porter une attention à son matériel, on peut se retrouver rapidement dans la situation décrite par la photo ci-contre.

Remarque sur l'identification des mousquetons :

Certain mousquetons sont identifiés par leurs propriétaires par de légers traits de scie ou de limes, voire par des inscriptions (lettres ou chiffres) poinçonnées. Ce ne sont pas des solutions bien judicieuses.

  • Un trait de scie peut générer ce que l'on appelle en terme mécanique une amorce de rupture,
  • A un coup de marteau pour poinçonner des inscriptions, préférez jeter le mousqueton du haut d'une voie de 25 m, le choc sera moins important.

Dégradation des Mousquetons

Il est impératif de surveiller l'état de ses mousquetons. Un mousqueton ne vieillit pas forcément bien, même s'il n'a subi aucune chute importante.

Présence de fêlures sur les mousquetons

Des spéléologues ont constaté des "fêlures" sur certain leurs mousquetons. En utilisant leur expérience, j'ai constaté que je pouvais réformer des mousquetons à vis après 10 ans de service

Présence d'une fêlure, dissimulée au milieu des rayures qui réduit la résistance mécanique du doigt du mousqueton

De prime abord le fonctionnement du mousqueton est normal. La fêlure est délicate à déceler car elle est souvent dissimulée au milieu des rayures superficielles du mousqueton.

Pour la détecter plus facilement, Il suffit d'examiner une partie non exposée aux rayures (mousqueton ouvert comme la photo suivante).

Ouverture du doigt du mousqueton pour observer la présence de fêlure

Ci-contre, un mousqueton "de sécurité" qui n'est plus tout à fait sécuritaire.

Faiblesse du ressort de rappel du doigt

Avec le temps la lame de ressort qui ramène le doigt en position fermée arrive à légèrement gripper voire à faiblir (devenir moins "élastique").

Si le doigt grippe, il peut rester en position semi-ouverte lors du passage de la corde dans le mousqueton et si l'on y prête pas attention on se retrouve dans une situation à risque

Une goutte d'huile mise au préalable sur le doigt qui grince (début de grippage) , suffit pour éviter ce problème.

Si le ressort est faible, le problème est plus subtil4. Lors d'une chute la corde qui file dans le mousqueton induit des vibrations du doigt. si le ressort de rappel est trop faible, les vibrations pourraient provoquer l'ouverture.

Pour éviter cela, il n'y a guère d'autres solutions que d'écarter ce mousqueton.

Pour conclure

Ces paragraphes montrent que même en utilisant du matériel simple et classique : dégaine, mousqueton à vis... il est possible de générer une situation à risque. Donc en conclusion :

  1. Un mousqueton ne se bonifie pas avec le temps, une vérification périodique et soigneuse du matériel est nécessaire.
    • Détecter les fêlures près des axes.
    • Contrôler le bon fonctionnement du ressort de rappel.
  2. Un mousqueton doit toujours travailler dans des conditions normales pour offrir la meilleure sécurité.
    • Toujours être sollicité dans le sens longitudinal.
    • Le doigt ne doit jamais être en appui sur le rocher.
    • Il ne peut en aucun cas être soumis directement à un effort.


Références et informations annexes

1 Pour rendre l'article abordable, j'ai utilisé le kilogramme pour exprimer les efforts ou la résistance d'un mousqueton au risque de chagriner les esprits scientifiques. L'unité légale d'un effort (ou force) est le Newton désigné par la lettre N.
Sur les mousqueton nous trouvons l'inscription KN qui signifie Kilo Newton. 1 KN = 1000 N (Newton) ce que l'on peut considéré équivalent à 100 Kg. (Exemple : 20 KN sont équivalent à 2000 Kg)

2 Résistance minimale du mousqueton selon la norme CE 12275

    Selon l'axe longditudinal Selon l'axe transversale Selon l'axe longditudinal si le doigt est ouvert
Type B Mousqueton de base (exemple "spring") 20 KN 7 KN 7 KN
Type D Mousqueton imposant une direction (la sangle est sur un œil à part) 20 KN   7 KN
Type X Mousqueton utilisé en poulie (forme ovale) 18 KN 7 KN 5 KN
Type H Mousqueton de sécurité (type "poire") 20 KN 7 KN 6 KN
Type K Mousqueton de sécurité type via ferata 25 KN 7 KN 7 KN

Pour un mousqueton à fermeture automatique aucune résistance selon l'axe longitudinal n'est exigée si le doigt est ouvert.

3 D'après une info Petzl: pour un grimpeur qui fait une chute 10 m (5 m au dessus du point) avec une longueur de corde dynamique de 9 m, la force de choc sur le point est de 10 KN (soit environ 1000 kg).

4 Ce problème est, en partie, à l'origine de la création des mousquetons avec "doigts fils" (simond, ...).