Stage « jeune » d'alpinisme en Haute Maurienne
(Du 30/06 au 05/07 2003)

Par Hadrien et Arnaud, du Bulletin Montagnard de octobre 2003

Ce stage fut encadré par Yves Gaillard, notre guide de Haute Montagne, Bob Tonnot et Michel Gaillard. Le camp de base fut installé au camping de Aussois en Haute Maurienne. Notre groupe était constitué de 13 personnes : 10 jeunes (Nathalie, Elsa, Camille, Thierry, Michael A, Michael B, Clément, Nicolas, Hadrien et Arnaud) et 3 accompagnateurs.

Lundi 30 : Installation du camp à Aussois
Dans une ambiance endormie (6h ça fait tôt) toute l'équipe sauf le guide s'est retrouvée place de Dunkerque prête à vivre une semaine d'aventure. Après avoir rudement chargés les deux fourgonnettes nous sommes partis. Lors de la première pause (après Grenoble) le guide nous a rejoint pour aller jusqu'au camping d'Aussois.
Il est 11h et sous un soleil agréable le groupe installe les tentes. Une fois le déjeuner achevé (on en avait bien besoin !), Yves nous emmena au dessus de Termignon vers les lacs de Bellecombes tester nos chaussures de haute montagne.
Arrivés aux lacs Bob et Yves n'ont pas pu résister à l'envie de se baigner. Malgré les énervements d'un pêcheur (qui ne pêché même pas) Bob a entamé la traversée du lac. Après quelques explications nous sommes rentrés au camp.

Mardi 1er : montée au refuge du Carro (2760 m)
Suite à une bonne nuit et au premier petit déj', tout le monde prépare et vérifie son matériel pour la course du lendemain (avec la pluie le moral n'est pas au plus haut). L'après-midi, pendant une éclaircie, nous montons au refuge du Carro à partir de l'Ecot. Aussitôt arrivés, la neige se mit à tomber (jusqu'à maintenant la chance nous suivait). Etant les seuls occupants du refuge nous avons utilisé la salle à manger pour réviser ou apprendre les différents encordements indispensables en haute montagne. Après un solide repas nous nous sommes dirigés vers le dortoir.

Mercredi 2 : Pas du Bouquetin (3335 m), puis montée refuge des Evettes (2590 m)
Nous nous sommes levés à 5h30, pour ceux qui n'étaient pas déjà réveillés par des ronflements. Départ vers 6h30 sous un soleil matinal (mais qui ne durera pas) pour le Pas du Bouquetin. Arrivé en haut du Pas une pause fut bien appréciée ainsi que la vue (Grand Paradis, et pleins d'autres sommets Italiens). Nous avons entamé une descente périlleuse vers 11h par le col d'Oin puis la traversée du Glacier des sources de l'Isère nous a mené jusqu'au col du Montet où nous avons passé une corniche (c'était vachement dur !). Nous sommes descendus jusqu'au parking de l'Ecot où nous avons déjeuné, vers 4h, et sous la pluie. Pour terminer tranquillement notre journée (on avait pas encore assez marché !), nous sommes repartis pour 2h de montée toujours sous la pluie en direction du refuge des Evettes. Une bonne tartiflette avalée, tout le monde se coucha sans ronchonner (assommé par la fatigue).

Jeudi 3 : Pointe de la Piatou (3252 m)
Comme d'habitude, nous nous sommes levés à 5h30 pour partir vers 6h30 afin de monter sur le glacier du grand Méan. Après avoir chaussé les crampons nous n'avons pas rencontré la pluie (ouf !) mais la neige (oh non !). Avec un moral plus bas que jamais nous sommes quand même arrivés au Col de la Disgrâce (qui porte bien son nom) à 3225 mètres d'altitude. Quand nous sommes repartis pour le sommet la neige s'étant arrêtée, le vent pris le relais. Arrivés au sommet nous avons constaté avec regret qu'il faisait beau du côté italien, contrairement à notre côté. Nous avons (enfin) réussi un sommet bien que son altitude soit faible ! La descente se fit sous la pluie (on commence a en avoir l'habitude) jusqu'à la cascade de la Reculaz où nous avons mangé sous le soleil. La journée se termina par la redescente à l'Ecot par le chemin à John. Puis de retour au camping nous avons dîné autour d'un feu de bois avec les récits des extraordinaires aventures de nos accompagnateurs.

Vendredi 4 : Via ferrata et montée au refuge de la Dent Parrachée (2511 m)
Après une grasse matinée (levé vers 8h), Yves nous a emmené faire une partie de la Via Ferrata du Diable au-dessous du fort Victor-Emmanuel de 11h à 14h laissant les filles se reposer en faisant la cuisine ! L'après-midi nous avons préparé le matériel pour la course du lendemain vers la Dent Parrachée. A 4h nous sommes partis du plan d'Amont pour monter au refuge de la Dent Parrachée où nous avons retrouvé la pluie (avec bonheur !). Nous avons fini la soirée par un jeu de cartes sympathique (le président) précédé d'un verre de Génépy.

Samedi 5 : Pointe de Labby (3521) puis retour à Valence
C'est déjà le dernier jour et tout le monde avait tellement envie d'en profiter que le levé fut décalé de 5h à 3h30 ! Le temps était très clair, une magnifique mer de nuages recouvrait les vallées. Pour arriver au sommet nous sommes passés par le lac du Génépy (qui nous rappelait la veille). Situé à 2909 mètres d'altitude, sa surface était gelée. Ensuite nous avons franchi le col de Labby (3328 m), qui nous amena à la pointe par un passage en rocher. Nous étions au sommet à 9h alors que des millions de français se réveillaient ou dormaient encore. La redescente se fit par la face ouest de la pointe par un petit couloir, sur le Glacier du Génépy. Nous avons fait le tour du sommet en direction du Nord puis nous sommes redescendus par un Pas sur le Glacier de la Mahure. Ensuite nous avons emprunté le même itinéraire qu'à la montée. Une fois au refuge nous avons déjeuné avec grand plaisir. Arrivés à 16h au camping, nous avons replié les tentes et rangé nos affaires pour partir à 17h30 vers Valence. De retour à Valence à 21h la fatigue laissa place à l'immense joie de revoir nos parents !!!

Pour finir, nous pouvons remarquer qu'aucun des sommets prévus (par les accompagnateurs) n'a été fait (à cause du temps). Mais cela ne nous a pas empêchés d'effectuer de tout aussi beaux sommets dans une très bonne ambiance. Un grand merci aux accompagnateurs ainsi qu'au guide pour la merveilleuse semaine que nous avons passé grâce à leur expérience et compétences.